Attention! suite au couvre feu les horaires des séances des films , des spectacles, des conférences, des rencontres de la médiathèque peuvent être modifiés! vérifiez les dans Agenda !

LE NU "ABSOLUMENT VRAI" CHEZ CRISTINA RUIZ GUINAZU

Retour en images sur l'oeuvre figurative de l'artiste franco-argentine.

  CRISTINA RUIZ GUINAZU - LE POIDS DE L'ORANGE- VF from Marie Binet on Vimeo.

Comme nous vous en avions déjà parlé, l'exposition All 4 Art, qui réunissait à la Galerie Area-Paris, Cristina Ruiz-Guinazu , son mari Pat Andrea et leurs deux enfants Azul et Mateo Andrea, interrompue par le confinement, a pu rependre et vient de s'achever.

En guise de finissage, et après le documentaire de François Catonné consacré à Pat Andrea, nous vous proposons aujourd'hui de découvrir l’œuvre de Cristina Ruiz-Guinazu, au sein de son atelier arcueillais.
Réalisé par Marie Binet, ce documentaire nous permet de retracer l'évolution de l'artiste à la double-culture argentine et française. De sa série sur la Patagonie à celle sur le nu « absolument vrai », comme elle aime le définir.
Ce qui est frappant dans l’œuvre de Cristina Ruiz-Guinazu, c’est la quiétude de ses grands espaces mi réels mi rêvés et la présence de quelques personnages humains immobiles, dénudés, face à face avec la nature. Ses paysages sont inspirés de sa terre natale, la Patagonie. L’artiste compose picturalement un métissage symbolique en s’inspirant des mythes latino-américains et ceux d’autres cultures - en passant de la déesse de la terre « Pacha Mama » à Icare. Au sein de ses tableaux se mêlent des souvenirs d’enfance et des réminiscences d’histoire de l’art.

© Marie Binet
Cristina Ruiz-Guinazu est diplômée des beaux-arts à Cordoba depuis 1970. Elle s’est établie à Paris en 1989 et a réalisé de nombreuses expositions en Amérique latine, en Hollande, en Corée et en France, particulièrement à Paris, dans la galerie Popy Arvani. La galerie municipale Julio Gonzalez lui a consacrée une exposition monographique en 2012.







"Le poids de l'orange" a été réalisé dans le cadre de l'exposition du même nom en 2016. 

Commentaires