Bientôt la nouvelle programmation aménagée par les équipes des services culturels !

PHILIPPE KADOSH CULTIVE SON JARDIN MUSICAL MONDIAL

Des nouvelles de la tête pensante de MULTICREA (Création Musicale Multimédia) à la fois studio d'enregistrement et lieu de formation situé à Arcueil: un nouvel album regroupant quatorze interprètes du monde entier, et toujours de fructueuses collaborations qui abolissent les frontières géographiques et culturelles tout en cultivant la richesse et la pluralité des langues menacées.

Philippe Kadosch est un guide touristique et culturel pas comme les autres. Sur le site du groupe vocal brésilien Mawaca, on l'écoute nous raconter la rencontre et la collaboration avec cette formation réputée qui fête ses 25 ans d'existence. Et qui chante dans pas moins de quinze langues différentes, rendant il y a quelques années hommage aux chansons indigènes de différentes régions d'Amazonie. La passion des langues et leur musicalité les rapprochent de Philippe Kadosch. Sa composition originale «Kaprolin», que vous pouvez voir interprétée par Mawaca et David Linx ci-dessous, met en musique et en chant un syllabaire archaïque découvert en Crête. 

 

Que l’on laisse s’éteindre les langues, ces inventions humaines incomparables, ces bouts d’histoires de l’humanité, me désole. Notre monde perd à vue d’oeil ses couleurs, ses odeurs, sa faune, sa flore, ses sons, ses musiques, ses découvertes, ses secrets… 

 On estime à 6000 le nombre langues parlées dans le monde aujourd'hui. Selon les pronostics des linguistes, la moitié va disparaître d'ici la fin du siècle. 

Militant et passionné, Philippe Kadosch multiplie les rencontres virtuelles entre interprètes du monde entier, langues partagées ou non, langues disparues ou bien vivantes. Des performances musicales à distance que nous vous avions diffusées lors du premier confinement. Voir article ici

 Mais Multicrea, situé au pied de la résidence Emile Zola, n'est pas le seul repère de formation-création de Philippe Kadosch.  S'il fait voyager virtuellement ses interprètes, qui parfois ne se sont jamais rencontrés «en vrai», ainsi que ses auditeurs, ses voyages à lui sont aussi dans le monde réel. Ainsi il raconte avoir été accueilli par la tribu Haliti-Pareci, dans leur village du Mato-Grosso au Brésil. L'occasion d'y découvrir leur langue «aruak». A propos des langues en voie d'extinction ou disparues, il dit: «La plastique de ces mots, à travers leurs mythes, leurs caractéristiques syllabiques et leurs mystères m'ont attiré comme les murs d’une ville peuvent inspirer un tagger ou les sons qui perdent leurs sens peuvent donner envie à un musicien de composer».

Dans son prochain album «Pix'Elles Rhapsody», en cours de production, Philippe Kadosch réunit quatorze interprètes chantant en français, anglais, italien et portugais, sur des mélodies orientales, rythmes des balkans, pulsations indiennes et couleurs brésiliennes. 

Un artiste arcueillais a suivre, donc. Jusqu'au bout du monde et jusqu'au bout de la langue.

Commentaires