Bientôt la nouvelle programmation aménagée par les équipes des services culturels !

UNE MINUTE DE DANSE POUR L'ART ET LA CULTURE: L'INITIATIVE DE NADIA VADORI-GAUTHIER

Une tribune soutenue par 70 signataires invite les professionnels du monde culturel à proposer une performance vidéo dansée comme acte de soutien et de résistance, pour « continuer de rêver, d’imaginer et d’agir chaque jour, car toute journée sans nos textes, nos images, nos danses est une journée perdue ».

Danseuse de métier, Nadia Vadori-Gauthier s'est lancée après les attentats de janvier 2015, dans le projet au long cours «Une minute de danse par jour, geste quotidien de résistance poétique adressé au monde ». Depuis, chaque jour, sans exception, elle filme les témoignages de ces incursions improvisées et symboliques de son corps en mouvement dans l'environnement, lieux insolites, culturels, commerces, rue, intérieurs, extérieurs. A la rencontre aussi de toutes sortes de gens avec qui elle accorde ses pas de danses en des performances fugaces et durables à la fois, car archivées scrupuleusement dans un site internet dédié et diffusées sur les réseaux sociaux.

Cinq ans d'un projet pugnace et entêtant qui est même passé par notre bonne ville d'Arcueil en octobre 2019, où Nadia Vadori-Gauthier est venue enseigner son art à un groupe de jeunes collégiens (dont les futur.e.s membres du collectif Glow Up dont nous vous avons parlé ici-même) et nous a offert à l'occasion une minute de chorégraphie en osmose avec Agnès Varda, ou plutôt son portrait graffé par C215 au chevet de l'espace Jean Vilar.

 Aujourd'hui le temps a passé, et la pandémie est venue mettre le spectacle vivant en arrêt forcé. Un autre motif de combat poétique pour Nadia Vadori-Gauthier. D'où cet appel aux professionnels de l'art et de la culture, relayé par déjà 70 signatures de chorégraphes, comédien.n.e.s, programmat.eur.rices, dans.eur.euse.s,... Objectif: se filmer avec une caméra ou un smartphone, seul, à deux ou en équipe, avec ou sans musique, en plan horizontal, sur le lieu de travail (bureau, théâtre ou cinéma vide, librairie fermée, salle de répétition, domicile, télétravail,  visioconférence, etc…), en dansant pour une durée d’une minute environ.

L'appel, lancé il y a quelques jours, est déjà suivi d'effet: on peut voir en ligne les contributions très éclectiques d'une quarantaine de professionnels. Une manière de ressentir à quel point derrière les portes closes des lieux culturels, fourmille et bouillonne les idées et projets dans l'attente active.

Pour voir les premières minutes de danses pour l'art et la culture c'est ici.

L'appel à participation des professionnels c'est ici.



Le site Une minute de danse par jour


Commentaires