ANTONIO SEGUÍ : LE FILM-RENCONTRE

La collection de la galerie Julio Gonzalez se poursuit avec l'illustre artiste plasticien, né à Cordoba (Argentine) en 1934 et arcueillais depuis près de 50 ans. Une rencontre à la fin de l'été dernier, à l'occasion de l'exposition accueillie à Anis Gras-Le Lieu de l'Autre.


Lorsqu'Antonio Segu
í cherche une endroit pour s'installer en région parisienne en 1963, il raconte qu'il choisit Arcueil pour se "rapprocher" de Erik Satie qu'il admire.

Dans ce film réalisé par Olivier le Vaillant, nous parcourons l’œuvre d'un maître commentée par lui. Il se conclue par le souvenir de l'exposition qui a pu se tenir entre deux confinements à Anis Gras en septembre dernier.

Une production de la Ville d'Arcueil et sa galerie Julio Gonzalez.


 
Antonio Seguí est né en 1936 à Cordoba, en Argentine. Dans les années 1950, il étudie la peinture et la sculpture en France et en Espagne, avant de retourner en Argentine pour quelques années. Il s’installe définitivement à Paris, puis à Arcueil, en 1963.

Il vit aujourd’hui dans l’ancienne propriété de François-Vincent Raspail, puis d’Emile Raspail à Arcueil appelée la Villa Raspail, juste à côté d’Anis Gras. De style second empire, cet édifice est protégé au titre des monuments de France.

Seguí est marqué par la peinture espagnole et l’expressionnisme allemand (Otto Dix, Georg Grosz…), mais aussi par la bande-dessinée et les arts populaires. Son art est figuratif ; l’humour, la dérision, l’exploration de la vie moderne, notamment à travers l’espace urbain, tiennent une place importante dans son œuvre. Cependant, il entend avant tout ses œuvres comme des constructions graphiques : c’est au spectateur de construire par lui-même la narration et le message au sein de l’œuvre.

Malgré la distance qu’il opère avec le militantisme, Seguí a été interdit de séjour en Argentine pendant 10 ans, à la suite des bouleversements politiques qu’a connu son pays natal. Artiste très engagé dans la vie culturelle d’Arcueil, il participe en 1992 à la première exposition de la galerie municipale Julio Gonzalez, qui met en valeur le Fonds départemental d’Art Contemporain du Val-de-Marne. La même année, la toute première exposition monographique de la galerie lui est consacrée. De plus, depuis sa création, Seguí fait partie du collectif de programmation de la galerie municipale Julio Gonzalez.


Commentaires