Suite au report de sa tournée européenne, annulation du concert de Klô Pelgag du vendredi 28 janvier

LE CINÉMA REPREND VIE À L'ESPACE JEAN VILAR

Après plus de 5 mois de fermeture, les Arcueillai·se·s cinéphiles ont enfin pu retrouver hier le chemin vers les grands écrans de leur cinéma de proximité.


Mercredi 19 mai, 10h. L'émotion est palpable dans le hall d'accueil, au moment d'éditer les premiers tickets depuis des lustres, ou dans la cabine juste avant le clic symbolique de lecture du DCP (l'équivalent en cinéma numérique de la copie argentique) par l'opérateur projectionniste. Sa main n'a pas tremblé pour lancer la première séance du Petit Vampire de Joann Sfar, dans la salle n°2, pour le bonheur des familles et accueils de loisirs arcueillai·se·s.

C'est reparti ! Et ça fait du bien.

Affluence des grands soirs plus tard dans la journée, à 19h pour la projection de «Adieu les cons», le nouveau film d'Albert Dupontel, multiprimé aux Césars et plébiscité par le public lors de son court début de carrière à l'automne dernier. Pour l'occasion les deux salles de l'espace municipal Jean Vilar ont été réquisitionnées pour satisfaire la demande, malgré les jauges restreintes à 35% d'occupation des sièges.

 

Cette semaine, jusqu'au mardi 25 mai, vous pourrez découvrir les films suivants :

 

Adieu les cons, d'Albert Dupontel. Une comédie noire un peu grinçante, pas toujours optimiste sur l'évolution de la société, mais qui pousse à sortir de soi et s'ouvrir aux autres avec bienveillance et amour.

 

Drunk, du danois Thomas Vinterberg, couronné meilleur film étranger aux Césars 2021. Entre comédie et tragédie, il raconte la chute en enfer de quatre enseignants, emportés par la nébuleuse de l’alcool.


 

 

Garçon Chiffon, de Nicolas Maury (acteur génial dans la série «Dix pour cent»). Sa première réalisation est une introspection mélancolique autour d'un personnage comédien, aux accents autobiographiques.

  

Michel Ange, le portrait historique et dramatique du créateur par l'illustre metteur en scène de 83 ans Andrey Konchalovsky. 

 

 

 

 

Petit vampire, de Joann Sfar. Après sa série animée, le dessinateur et réalisateur adapte sa bande-dessinée au cinéma. Une aventure haute en couleurs, avec sa galerie de personnages fantomatiques et loufoques. A partir de 6 ans.

 

 

 

 __________________

 

Retrouvez toutes les horaires des séances et le programme ciné de l'espace Jean Vilar jusqu'au 1er juin : ICI

Commentaires